Histoire et Patrimoine

Tour d’horizon de l’histoire et du patrimoine de la ville de Melesse.

L’origine du nom de Melesse n’est pas définie à ce jour, mais l’hypothèse la plus crédible est celle d’une « milites », milice gallo-romaine composée de soldats paysans.

Comme de nombreuses localités d’Europe, la commune de Melesse a été habitée dès l’époque néolithique. Haches polies, grattoirs, perçoirs en silex témoignent de lointaines activités humaines.

De la Gaule romaine, des gisements archéologiques ont fourni des indices : fermes indigènes, tuiles, tessons de céramique, fragments d’amphores, villa résidentielle.

Pendant la guerre de Cent Ans (de 1337 à 1453) et les guerres de religions, troupes et bandes de brigands saccagent et rançonnent la paroisse.

En 1591, le capitaine Corbesson, au service du duc de Mercoeur, réduit le village en cendres, à l’exception de l’Église.

Des seigneuries de l’Ancien Régime demeurent des noms de famille nobles : de Melesse, de Champaigné, de Romelin, de Lys, de Rosnivynen, Picquet de Melesse… et de belles bâtisses : château de Beaucé, manoirs du Plessix, de la Quenouillère, de la Grimaudais, de Fresnay.

Passée la tourmente révolutionnaire et l’occupation prussienne à la chute de Napoléon, les Melessiens développent leur vocation particulière : l’agriculture, la production de toile et l’artisanat. Melesse est alors classée « grande et riche » commune par la préfecture.

Le 19ème siècle représente aussi l’âge d’or de l’architecture de terre : fermes, fournils, fours en bauge caractérisent le paysage melessien.

Depuis les années 1970 la commune a bénéficié d’un renouveau démographique et urbain. Elle accueille aujourd’hui des zones d’activités à fort rayonnement.

Voir les points d’intérêt patrimoniaux

De vieilles bâtisses anciennes sont visibles sur Melesse. Certaines datent des 16ème et 17ème siècles. Elles sont construites en pierre au rez-de-chaussée et pan de bois à l’étage, rappelant l’influence de l’architecture de la ville sur la campagne.

D’autres édifices, parfois aussi anciens, construits en terre selon une technique de levées successives appelée bauge, parsèment le bocage. De belles granges témoignent de cette technique traditionnelle : celle du Breil, modèle rare dans le département, celle de la Croix Poulin, élément remarquable du patrimoine communal, et celle de l’ancien presbytère.

Un élégant porche Renaissance du début du XVIème siècle précédait la porte méridionale de l’ancienne église.

Très finement sculptées, ses sablières sont ornées de quadrupèdes, d’oiseaux, de personnages. Anges, courtisanes, joueur de flûtes s’appuient sur des colonnes portant une toiture pyramidale. La charpente, de belle facture, possédait probablement une voûte de seize côtés au lieu de huit aujourd’hui.

Menacé de disparition en 1885 lors de l’édification de l’église actuelle, le chanoine Thébault, natif de la commune, en fit l’acquisition pour en faire l’entrée de la chapelle Notre Dame de Lorette qu’il venait de faire construire pour le service d’un hospice aux Alleux.

Consciente de l’intérêt historique et patrimonial de ce porche, la commune a engagé en 2014 les démarches nécessaires à son acquisition, afin d’assurer sa sauvegarde et de le restituer aux melessiens. Sa nouvelle implantation se fera au sud du cimetière. Il conservera ainsi sa fonction originelle, à savoir le «passage».

 

Héraldique / Blason

Le blason de Melesse : « D’or à la bande fuselée de sable »

 

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×