Lutte contre les organismes indésirables

La municipalité lutte contre la prolifération d’espèces nuisibles comme la chenille processionnaire ou le frelon asiatique.

Chenilles processionnaires du pin

Les conditions météorologiques de cette mi-février vont déclencher, dés les prochains jours, les premières descentes massives de chenilles processionnaires du pin.
Tout ramassage ou manipulation des chenilles est à proscrire sans équipement de protection adapté (masques, gants, lunettes) car le risque d’urtication sévère est majeur à ce stade de développement.

Il est actuellement trop tard pour entreprendre des mesures de lutte efficaces sur les chenilles dans leur phase de pleine mobilité. Le principe d’urgence le plus efficace consiste à utiliser un désherbeur thermique à gaz type chalumeau qui permet de neutraliser les chenilles au sol sans contact direct.
Il est important de limiter et baliser les accès aux zones à risques et d’informer les enfants sur les dangers encourus.

Dans la mesure du possible, les chiens et les chats doivent être isolés des zones de circulation et d’enfouissement aux abords des pins. En effet, les atteintes chez les animaux domestiques peuvent être extrêmement graves voire fatales.
Sur le domaine public, il est recommandé d’éviter la promenade des animaux domestiques aux abords des pins sylvestres, des pins noirs d’Autriche, des pins maritimes, des pins laricio, et quelques fois des cèdres.
En fonction de l’évolution des conditions météorologiques, ce phénomène dangereux peux durer jusque fin mars.

 

 

Elle est connue pour être responsable de nuisances sanitaires sur les arbres, les animaux et les hommes. C’est une espèce invasive à l’origine présente sur la moitié sud de la France. Sa progression vers le nord de l’hexagone est un des marqueurs du changement climatique.

Cette espèce se nourrit des aiguilles de pins. Sans entraîner la mort de l’arbre, son action fragilise et ralentit sa croissance. Les pins deviennent aussi plus sensibles aux attaques d’autres insectes xylophages ainsi qu’au stress hydrique et thermique.

La libération dans l’air de poils urticants, très allergènes, peut provoquer des atteintes cutanées, oculaires et respiratoires pour l’homme et l’animal.

En 2013, la municipalité a pris un arrêté portant obligation de traiter les arbres infestés de chenilles processionnaires : arrete-municipale-chenilles-processionnaires

La lutte biologique par l’implantation de nichoirs spécifiques aux mésanges permet de réduire les populations de chenilles processionnaires du pin afin de rétablir un équilibre naturel. Il faut savoir qu’une mésange peut donner près de 300 larves de chenilles à manger à ses petits par jour. Elle est insensible aux poils urticants ce qui lui permet de se nourrir sans danger.

L’installation des nichoirs doit se faire en début d’automne, avant la période de nidification des mésanges. Ces nichoirs doivent être installés à une hauteur supérieure à 1,80 m afin que les mésanges puissent s’y sentir en sécurité. Le trou d’entrée (32 mm de diamètre) doit être orienté de façon à abriter la couvée des vents dominants et des rayons du soleil. Le nettoyage des nichoirs est nécessaire, chaque année à l’automne.

Frelons Asiatiques (Vespa velutina)

Comment le reconnaître ?

Le frelon asiatique est reconnaissable à sa couleur brune-orangée que le frelon européen ne possède pas. La dominante noire et la présence d’un unique anneau orangé doivent faire suspecter un cas de frelon asiatique. Le signalement est impératif.

Quelle attitude adopter ?

  • Ne pas entreprendre de détruire un nid seul : cette démarche très dangereuse doit être réalisée par des professionnels formés spécifiquement à l’espèce.
  • Signaler la présence en mairie : toute observation de frelon asiatique doit être signalée en mairie qui transmet l’information aux services départementaux concernés. Des mesures de vérification et de lutte sont ensuite entreprises.

La FGDON35 est une organisation professionnelle reconnue par le conseil d’état comme un organisme de droit privé chargé de l’exécution d’un service public.

Elle est spécialisée dans la lutte contre les organismes nuisibles et à ce titre met en place des actions durables de lutte contre diverses espèces animales ou végétales envahissantes.

  1. Appeler la plateforme de la FGDON35 au 02 23 48 26 32 ou 02 23 48 26 23 (en cas de ligne occupée, laissez impérativement un message avec vos coordonnées complètes pour un rappel rapide et une prise en compte immédiate de la demande) ou par mail à l’adresse : fgdon35@fgdon35.fr
  2. La FGDON35 se charge de contacter le prestataire de l’enlèvement
  3. Le prestataire contacte le propriétaire pour convenir de l’intervention
  4. L’intervention est réalisée et une attestation est signée sur place par le propriétaire et l’entreprise
  5. La facture est envoyée au Val d’Ille-Aubigné qui prend en charge la totalité de la prestation, le propriétairen’a rien à payer.

Une entreprise, une association ou une collectivité peut aussi faire appel à ce service qui sera aussi pris en charge par le Val d’Ille – Aubigné.

La prise en charge de l’enlèvement par le Val d’Ille-Aubigné n’est pas possible si :

  • il s’agit d’un nid de guêpes ou de frelons communs
  • la démarche précédemment citée n’a pas été respectée, c’est à dire si l’entreprise n’est pas missionnée directement par la FGDON35. Si l’entreprise est contactée directement par un particulier, une entreprise, une association ou une collectivité, l’intervention sera aux frais du demandeur.

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×