La biodiversité communale

La biodiversité est indispensable à notre vie, notamment au travers des services qu’elle rend. Le premier qui vient à l’esprit, ce sont les services d’approvisionnement que nous obtenons directement avec la nature : alimentation, eau, bois, fibres textiles… ainsi que son rôle de régulation : température, qualité de l’air, protection contre les risques d’inondation.

Voici quelques actions mises en place par la ville qui visent à mieux connaître, protéger et valoriser la biodiversité du territoire.

“L’Atlas de la Biodiversité Communale”

L’Atlas de la Biodiversité Communale vise à mieux connaître, protéger et valoriser la biodiversité du territoire. Il s’agit d’un outil interactif pour une meilleure appropriation de la biodiversité.

Il permet d’accompagner l’intégration des enjeux «  biodiversité » dans l’aménagement et la gestion du territoire.

Comment ?

En collectant des informations naturalistes sur les habitats, la faune et la flore (inventaire et observation des particuliers).

L’objectif est notamment d’obtenir une cartographie des habitats et des espèces présents sur la commune.

Accéder à l’inventaire participatif faunistique et floristique du Val d’Ille-Aubigné.

En favorisant la compréhension et l’appropriation des enjeux de la biodiversité, par le biais d’animations, de publications et d’appel à participation aux inventaires.

En impliquant les acteurs locaux pour construire, en concertation, des recommandations afin d’améliorer la gestion des espaces publics, voire privés de la commune (gestion différenciée, trame verte et bleue…)

A qui s’adresse l’atlas de la biodiversité communale ?

  • Aux habitants
  • Aux acteurs locaux (agriculteurs, forestiers, entreprises, associations…)
  • Aux équipes techniques
  • Aux élus

Télécharger la carte-chemin-biodiversite.

Le chemin de la biodiversité est une boucle de randonnée traversant les différents paysages de la commune, tracé grâce à l’atlas de biodiversité communal.

Son objectif est de permettre le rétablissement de la fonction écologique dans certains secteurs (plantation d’arbre par exemple) mais également de faire découvrir la biodiversité de la commune, par l’intermédiaire de panneaux pédagogiques.

Ce chemin, d’environ 8 km a été élaboré à partir du travail réalisé via l’atlas de la biodiversité communale. Il a été financé par la communauté de communes Val d’Ile-Aubigné dans le cadre du programme Territoire à Énergie Positive pour la Croissante Verte.

Voir l’ensemble des panneaux du parcours.

La commune s’est dotée d’une charte de l’arbre qui précise les modalités de gestion des arbres dans la ville, les obligations en matière d’entretien et également définit les arbres d’intérêt communal, c’est-à-dire les arbres à préserver comme partie du patrimoine de la commune.

 

Photographies du Chêne du Plessix – Arbre remarquable de la commune (Hauteur 25 m / âge 300 ans)

La présence du végétal en ville est source de nombreux bénéfices. Il permet de :

  • Favoriser la biodiversité en maintenant des habitats et des réseaux d’échanges pour la faune et la flore
  • Réguler la température de la ville, la qualité de l’air et l’écoulement des eaux
  • Sensibiliser les habitants à l’écologie urbaine
  • Apporter santé et bien-être aux citadins
  • Créer du lien social autour des espaces de nature (parcs, jardins collectifs…)
  • Embellir le paysage urbain

Consulter la Charte de l’Arbre

La gestion différentiée, c’est quoi ?

La gestion différenciée des espaces verts est un mode d’entretien consistant à aménager et à entretenir un lieu ou un site en fonction de son usage, de sa situation et de son intérêt écologique. C’est pourquoi la gestion différenciée permet de rationaliser cet entretien et d’ouvrir la porte à la biodiversité.

Par exemple, en ne tondant que rarement sous les arbres, on voit revenir une grande variété de graminées et de fleurs des prairies. La faune se diversifie également: plus d’insectes pour la pollinisation, plus d’oiseaux…

La ville a donc divisé ses espaces en plusieurs zones, suivant la priorité de l’entretien. Chaque parcelle a été répertoriée dans une catégorie (de 1 à 6). Le classement dans une zone définit son rôle dans la cité et le type d’entretien à effectuer. Dans le centre-ville, par exemple, l’entretien est plus soigné car c’est l’identité de la ville qui s’y dévoile.

La gestion différenciée passe aussi par:

  • la connaissance de ses espaces
  • la gestion de la ressource en eau
  • la conservation de la diversité floristique et faunistique
  • la gestion des déchets
  • le paillage
  • le fauchage tardif
  • la mise en œuvre de techniques alternatives aux produits phytosanitaires et, ainsi, participe à la préservation des ressources naturelles.

Vous aussi, vous pouvez l’appliquer chez vous, ne serait-ce qu’en créant un compost, en utilisant des plantes en couvre-sol, en paillant vos plantations. N’hésitez pas à demander conseil aux agents de la commune!

Les collectivités publiques ne peuvent plus détenir ni utiliser des produits phytosanitaires depuis le 1er janvier 2017.

Gestion différenciée, achat de matériels de désherbage mécanique, utilisation de plantes plus résistantes, organisation des espaces… sont autant de pratiques mises en place depuis plusieurs années sur le territoire.

Ces efforts engagés ont permis à la commune d’être récompensée en janvier 2019 par le trophée « zéro phyto ».

Le 1er janvier 2019 marque également la fin de la vente des produits phytosanitaires aux particuliers. Selon la loi, les jardiniers amateurs ne peuvent plus conserver, ni utiliser ces produits et doivent impérativement rapporter toutes ces substances restantes, ainsi que leurs emballages, directement en déchèterie.

Depuis novembre 2018, la ville accueille des moutons avranchins sur 1,3 hectare de prairies à la Croix Poulin. L’éco-pâturage entre dans le cadre de la gestion différenciée des espaces verts. L’écopastoralisme ou éco-pâturage est un mode d’entretien écologique des espaces verts. Il permet d’utiliser des races anciennes et locales menacées d’extinction et adaptées à des terrains rustiques.

 

 

L’éco-pâturage présente de nombreux intérêts :

  • Diminuer l’empreinte écologique
  • Diminuer les coûts de gestion
  • Limiter le développement de certaines espèces invasives
  • Préserver voire renforcer la biodiversité
  • Préserver des espèces anciennes et rustiques
  • Réduire les déchets verts
  • Créer des ressources financières complémentaires pour les agriculteurs

En chiffres :

La trame verte et bleue (TVB) est un réseau d’échanges pour que les espèces animales et végétales puissent, comme l’homme, circuler, s’alimenter, se reproduire, se reposer… et assurer ainsi leur cycle de vie.

La trame verte est composée des milieux terrestres (par exemple les haies, les prairies, les squares en milieux urbains), la trame bleue des milieux aquatiques (les ruisseaux, les mares).

Photographie de la mare créée au parc du Quincampoix

Le schéma de trame verte et bleue, porté par le Val d’Ille Aubigné, permet l’identification des secteurs à préserver et des secteurs à renforcer. Cette identification est indispensable pour la préservation de la biodiversité.

Sur la commune de Melesse ces actions se sont traduites par des créations de mares (bassin tampon des Olivettes, parc du Quincampoix), la préservation et la plantation de haies bocagères et de vergers (dans le cadre du programme Breizh bocage et création de vergers), la mise en place de passage à faune sous la RD 82, l’identification de coulées vertes dans les secteurs urbanisés.

Photographie du passage à faune sous la RD 82

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×